HISTORIQUE

76 ANS D’HISTOIRE…
Comme toute association en pareille occasion, l’Union des Français de l’Étranger doit, en célébrant son 76ème anniversaire, dresser le bilan de son action et, en le jugeant, définir son avenir.

Sans doute, depuis 1927, aurait-il été possible de  » faire mieux « , mais au total, – rien ne sert de vouloir refaire le passé – la situation des Français de l’Étranger s’est considérablement transformée et améliorée grâce aux efforts continus et tenaces de notre Association. Agissant seule de 1927 à 1948, puis en liaison étroite avec le Conseil Supérieur des Français de l’Étranger, dont elle avait, enfin, obtenu la création, et avec les Sénateurs représentant les Français établis hors de France élus en application de la loi du 27 Octobre 1946, à l’élaboration de laquelle elle avait pris une part essentielle, l’UFE peut, au terme de ces soixante-quinze années, être fière du chemin parcouru.

POURQUOI L’UFE EST-ELLE NÉE ?

Si sa naissance n’avait pas répondu à un besoin, si elle n’avait pas comblé un vide, l’UFE n’aurait pas pu travailler efficacement pendant trois quarts de siècle. Au lendemain de la première guerre mondiale, la Métropole, oubliant les sacrifices partagés, a manifesté, avec une particulière évidence, son indifférence à l’égard des Français établis à l’étranger. Elle s’est comportée, comme écrivait un de ses Présidents, « plus en marâtre qu’en Mère Patrie ».

C’est ainsi que ces Français venus de loin se heurtaient à de grandes difficultés pour obtenir l’indemnisation de leurs biens perdus, pour faire reconnaître la plénitude de leurs droits d’Anciens Combattants, et surtout pour faire inclure les fils de ceux qui, rentrés en France pour la défendre, étaient tombés au Champ d’Honneur, parmi les pupilles de la Nation. Alors que dans les grandes villes étrangères, se dressaient, au retour des survivants, les Monuments aux morts où on pouvait lire les longues listes de ceux qui avaient donné leur vie, une telle situation était ressentie avec amertume.

Un profond malaise, une vive irritation se répandaient parmi les Français de l’étranger qui voyaient leur Patrie méconnaître leurs sentiments et leurs sacrifices, refuser de défendre leurs intérêts, les tenir, en somme, pour des citoyens de seconde zone.

LES « FILS OUBLIÉS »

Sensible à cet état de choses, un homme généreux et efficace, Gabriel WERNLE, prit l’initiative de réunir de bonnes volontés et de fonder en 1927 l’Union des Français de l’Étranger, dont il restera, jusqu’à sa mort, l’animateur dynamique et obstiné.

Dès lors, des efforts nombreux et successifs furent déployés pour resserrer les liens entre les expatriés et la Mère Patrie, pour faire connaître en France leur rôle et les services qu’ils rendaient, pour faire reconnaître par les Pouvoirs publics leurs droits à égalité avec ceux des Français de France, pour assurer le meilleur développement de leur action au service et au profit de la France, aussi bien dans le domaine culturel que dans le domaine économique.

Les enfants perdus, les fils oubliés trouvèrent ainsi une famille qui se donna pour mission de les regrouper, de les aider, de les défendre et par là même de contribuer au rayonnement de la France.

UNE ACTION CONTINUE
L’action têtue, poursuivie patiemment et sans découragement pendant soixante-seize ans, par les dirigeants successifs de l’UFE au siège central de Paris et dans les sections répandues dans le monde, a comme but profond, jamais oublié, de rapprocher, autant que faire se peut, la situation des Français expatriés de celle des Français demeurés en France, de donner aux premiers les mêmes droits qu’aux seconds, de protéger les personnes et les biens de tous nos ressortissants où qu’ils soient.

L’UFE est devenue le lien vivant – matériel et moral – entre la France et ses fils lointains, l’avocat et le défenseur des Français expatriés auprès des Pouvoirs publics et de l’opinion métropolitaine, animée qu’elle est par le souci au premier chef d’éviter que des événements internationaux ou des mesures d’ordre interne, lois et règlements, n’aient d’incidences fâcheuses à leur égard.

Il convient de marquer les étapes d’une action continue exercée par neuf présidents qui se sont succédé sans que la personnalité de chacun n’entraîne de rupture ou n’amène à donner un pas excessif à une action sur une autre.
Seules les circonstances ont infléchi l’action vers des domaines particuliers.

Il en fut ainsi de la seconde guerre mondiale et des différentes étapes de la décolonisation avec leur cortège de spoliations et de rapatriements. Au cours de son histoire récente, l’UFE a, ainsi, manifesté sa vitalité en adaptant ses objectifs immédiats aux nécessités de la situation internationale, tout en poursuivant son action à long terme, que ce soit dans les domaines de la protection sociale, de l’enseignement, de l’exercice du droit de vote, de la nationalité et de la fiscalité ou de la sécurité.

Les neuf présidents, chacun avec leur caractère propre, cinq d’entre eux ayant la dignité d’Ambassadeur de France, quatre étant Sénateurs, trois anciens Ministres, et un Chef d’Entreprise, ont agi avec une continuité qui a assuré le succès de l’action entreprise.

DES ÉVÈNEMENTS IMPORTANTS
Pendant cette longue période, se sont produits quelques événements importants qui apparaissent aujourd’hui comme des jalons et des repères.

Le 11 Décembre 1936, le Gouvernement de Léon Blum accorde à l’UFE la reconnaissance d’utilité publique .

Après le hiatus tragique de la seconde guerre mondiale, il était urgent de reprendre contact avec les communautés françaises dispersées dans le monde, de les encourager, ici et là, à s’engager sur la voie de l’apaisement et de la réconciliation, de les aider à réparer les dommages matériels et moraux qu’elles avaient subis, de leur marquer la reconnaissance et la gratitude de la France pour leur contribution à la victoire.

C’est pourquoi il convenait de faire aboutir le projet proposé avant la guerre par l’UFE et qui tendait à la création du Conseil Supérieur des Français de l’Étranger, assurant ainsi une représentation institutionnelle et permanente auprès de leur ministère de tutelle, le ministère des Affaires étrangères et, par lui, auprès des autres ministères. Le 7 Juillet 1948, un décret fut pris à cet effet. Deux ans plus tôt, en 1946, une loi avait créé des sièges de sénateurs représentant les Français établis hors de France. Ceux-ci disposaient dorénavant d’une juste représentation qui permit d’accélérer, au cours des années suivantes, le processus d’extension en leur faveur de mesures générales en matière de protection sociale, d’enseignement, de fiscalité, etc..

Dans le même temps, la politique de décolonisation, l’indépendance de l’Algérie entraînaient pour nos compatriotes expatriés des conséquences dont la Métropole mesurait mal l’ampleur. La nation, dans son ensemble, se devait de préparer, en leur faveur, une politique d’indemnisation et de prêts qui leur permettrait de se réinsérer dans le contexte national. L’UFE s’en est préoccupée et s’y est entremis.

Demeurant à l’écart, comme le veulent ses statuts, de toute préoccupation politique ou religieuse, l’UFE a pu ainsi contribuer à attirer l’attention des Pouvoirs publics et de l’opinion sur les problèmes spécifiques concernant les Français de l’Étranger et participer à leur règlement, quels que soient les gouvernements en place.

Tout change, ainsi que les Français de l’Étranger. Aussi est-il normal que l’UFE reste elle-même et qu’elle continue sans relâche à faire que notre France à tous s’emploie à garder toujours en son sein les Français de l’étranger.

CONTINUITÉ ET RENOUVELLEMENT
Est-il vrai qu’il y ait de moins en moins de Français de l’Étranger et de plus en plus de Français à l’étranger ? Il y aura toujours des Français quittant la métropole pour quelques années et qui, installés à l’extérieur, y passent leur vie. Leur nombre, sans doute, s’amenuise du fait des barrières opposées à tout étranger voulant travailler. Mais peut-être leur qualité grandit-elle pour justement franchir ces obstacles nouveaux. Il n’empêche que le séjour des Français hors de France est devenu plus limité dans le temps, plus précaire dans les fonctions occupées.

La révolution accomplie dans le domaine des moyens de communication ont raccourci les distances et rapproché de la France les Français de l’étranger. Ces Français entendent donc, comme ceux de la métropole, participer de plein droit à la vie de notre société, participer aux scrutins électoraux, bénéficier de la législation sociale, donner à leurs enfants une éducation à la française. Ils ne sont plus partis du territoire national sans grand espoir de retour et prêts à s’assimiler aux mœurs des pays d’accueil. Ce sont, de plus en plus, des hommes et des femmes qui vont travailler à l’étranger pour en revenir au terme de leur contrat d’engagement. Les années passées ainsi hors de France ne sont plus des parenthèses dans une vie ; elles constituent, bien au contraire, des périodes fécondes pour les intéressés et pour la France.   L’UFE modifie donc peu à peu son action. Elle continue à être le défenseur et le porte-parole de ces communautés anciennes à l’extérieur et, dans le même temps, elle cherche à s’adapter à cette nouvelle forme de mobilité.

Au terme de ces soixante-seize premières années et dans la certitude de pouvoir, longtemps encore, servir et les Français de l’Étranger et la France, l’UFE est, sans vanité, fière de son action et décidée à la poursuivre. Sa gratitude va à tous ceux qui l’ont aidée, par leur dévouement et leur générosité, à régler beaucoup de problèmes, à informer les Français de France de l’existence et de la vie de ces communautés répandues dans le monde, à contribuer à leur maintien et à la préservation de leur dynamisme, à créer partout des représentations au sein desquelles chacun se sente à sa place et dans son domaine, uni par des liens fraternels à ceux qui partagent son existence, ses inquiétudes et ses espoirs.

C’est avec confiance dans la capacité de notre association à poursuivre sa tâche que l’UFE s’engage sur le long chemin qu’il reste à parcourir pour que la France de l’extérieur et la France de l’intérieur soient totalement solidaires et unies dans le respect du passé et la confiance dans l’avenir.

LES PRÉSIDENTS DE L’UFE

Henry de JOUVENEL
Ambassadeur de France, Sénateur
Premier Président de 1927 à 1935.

Henry BERENGER
Ambassadeur de France, Sénateur
Deuxième Président de 1935 à 1945.

Ernest PEZET
Vice-Président du Sénat
Troisième Président de 1945 à 1960.

Maurice SCHUMANN
Sénateur, Ancien Ministre
Quatrième Président de 1961 à 1967.

Henri LONGCHAMBON
Sénateur, Ancien Ministre
Cinquième Président de 1967 à 1969.

Louis JOXE
Ambassadeur de France, Ancien Ministre, Membre du Conseil Constitutionnel
Sixième Président de 1969 à 1978.

François SEYDOUX
Ambassadeur de France, Conseiller d’Etat
Septième Président de 1978 à 1981.

Bruno de LEUSSE
Ambassadeur de France
Huitième Président de 1981 à 1997.

Gérard PELISSON
Co-fondateur du groupe ACCOR
Neuvième Président, élu en 1997.

MISSION

L’Union des Français de l’Etranger :
– Assure la défense des droits et des intérêts des Français de l’étranger.
– Aide les expatriés et les entreprises qui les détachent à bien réussir leur installation, leur intégration et leur retour

Grâce à :
Ses 160 représentations dans le monde.
Son Centre d’information et de documentation,
Ses dossiers pays,
Son site Internet,
Son magazine La Voix de France,
UFE 7 jours, hebdomadaire électronique à large diffusion, il informe des actualités mondiales de la semaine et des nouvelles urgentes de l’association,
Sa lettre de l’UFE, lettre électronique mensuelle, mine d’informations concrètes concernant la vie pratique à l’étranger.
Téléchargez les dépliants UFE au format PDF : Renseignements / Adhésion

SIEGE DE L’UFE
28, rue de Châteaudun
75009 Paris
Tél. : +33 1 53 25 15 50
Fax : +33 1 53 25 10 14

Heures d’ouverture :
Du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00 (13h00 le vendredi)

E-mail :
Gérard Pélisson, Président : pelisson@ufe.asso.fr
Hélène Charvériat, Délégué Général : hcharveriat@ufe.asso.fr
Jeannine Tacykiewicz, Secrétaire Générale Administrative : jeannine@ufe.asso.fr
Jean-Pierre Launay, Conseiller du Président : jp.launay@euroconseiledition.fr
Jean-René Gautier, Conseiller du Président : gautier@ufe.asso.fr
Paule Levasseur, Secrétaire Générale Administrative Adjointe : plevasseur@ufe.asso.fr
Coralie Desbas, Responsable des cartes de membres : desbas@ufe.asso.fr
Sophie Mulot, Responsable accueil expatriation : mulot@ufe.asso.fr
Agnès Le Bon, Assistante cartes de membres : alebon@ufe.asso.fr
Benoit Robart, Site internet : webmaster@ufe.asso.fr
Informations générales : info@ufe.asso.fr

CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’UFE

Monsieur Gérard PELISSON
Président
ACCOR
TOUR MONTPARNASSE
33 avenue du Maine
75755 PARIS CEDEX 15
T 01 45 38 86 00
F 01 45 38 85 81
pelisson@ufe.asso.fr

Monsieur Bernard CARIOT
Membre du Conseil d’Administration
Attenhoferstrasse 16
88299 LEUTKIRCH UNTERZEIL
ALLEMAGNE
T 00 49 75 61 32 27
F 00 49 75 61 49 99
bernard.cariot@t-online.de

Monsieur Paul CLAVE
Vice-Président
Walterstrasse 30
12051 BERLIN
ALLEMAGNE
T 00 49 30 628 21 98
F 00 49 30 628 21 98
paul.clave@t-online.de
Monsieur Robert CORON
Vice-Président
B.P. 985
YAOUNDE
REPUBLIQUE DU CAMEROUN
T 00 237 230 27 77
F 00 237 994 86 48
rccoron@gmail.com

Monsieur Jean-Emmanuel COURT PAYEN
Membre du Conseil d’Administration
2, Boulevard de la Forêt
1009 PULLY
SUISSE
T 00 41 21 729 82 62
F 00 41 21 729 82 62
jecourtpayen@ufevdvs.org Monsieur Gérard DELEENS
Membre du Conseil d’Administration
Total Petrochamicals
China World Tower Room 3110-11
JIANGUOMENWAIDAIJE
100004 BEIJING
CHINE
T 00 86 13 80 10 19 244
gerard.deleens@total.com

Monsieur Xavier DESPLANQUES
Membre du Conseil d’Administration
B.P. 4418
ANTANANARIVO
MADAGASCAR
T 00 261 20 22 497 84
F 00 261 20 22 264 47
xd@wanadoo.mg Madame Claire DURAND
Membre du Conseil d’Administration
B.P. 10054
LOME
REPUBLIQUE DU TOGO
T 00 228 226 79 36
F 00 228 226 87 98
c.durand@togo.imet.com
Monsieur Alain FLORIET
Membre du Conseil d’Administration
B.P.1783
DAKAR
SENEGAL
T 00 221 832 52 00 / 832 31 21
F 00 221 832 35 20
floriet@sentoo.sn

Monsieur Christophe FRASSA
Secrétaire Général
35, rue Basse
B.P. 534
98015 MONACO Cedex
PRINCIPAUTE DE MONACO
T 00 377 93 50 25 20
c.frassa@ufe.asso.fr

Monsieur Roger GARNIER
Vice-Président d’Honneur
6, rue Guy de Maupassant
75016 PARIS
FRANCE
T 01 45 04 38 96

Monsieur Thierry GIBERT
Membre du Conseil d’Administration
19 Chemin de Montauban
69009 LYON
FRANCE
T 00 43 1 512 93 72 18
F 00 43 1 524 02 45
gibert@cdiglobal.com

Monsieur Francis HUSS
Trésorier
C/Doctor Zamenhof 44 – 5° D
28027 MADRID
ESPAGNE
T 00 34 91 320 14 89
F 00 34 91 724 76 30 at. Marion
fhuss@ufe-espagne.com

Madame Christiane KAMMERMANN
Membre du Conseil d’Administration
Sénateur Représentant les Français Etablis hors de France
Palais du Luxembours
15, rue de Vaugirard
75291 PARIS Cedex 06
FRANCE
T 01 42 34 34 94
F 01 43 29 69 23
c.kammermann@senat.fr

Madame Maryse LAURENTI
Membre du Conseil d’Administration
P.O. BOX 26275
ABU DHABI
EMIRATS ARABES UNIS
T 00 971 2 681 18 41
P 00 971 50 641 75 86
F 00 971 2 681 14 84
laurenti@eim.ae

Madame Françoise LINDEMANN
Membre du Conseil d’Administration
Avenida Rui Barbosa 666/802
22250-020 RIO DE JANEIRO RJ
BRESIL
T Pro : 00 55 22 26 20 85 04
T Perso : 00 55 21 25 51 13 54
F : 00 55 21 25 52 66 04
P : 00 55 21 99 71 39 67
flrio@attglobal.net

Monsieur John MAC COLL
Membre du Conseil d’Administration
41 Dumaresq Street
GORDON N.S.W. 2072
AUSTRALIE
T 00 61 2 92 31 50 33
F 00 61 2 92 23 50 99
j.mac-coll@bigpond.com

Monsieur Jean-Louis MAINGUY
Membre du Conseil d’Administration
2220, rue Emile Lahoud
Villa Dray – Boumana
B.P. Broumana 136
METN
LIBAN
j.mainguy@assemblee-afe.fr

Monsieur Alain-Pierre MIGNON
Membre du Conseil d’Administration
JI M.P.R. IX N° 12 RT.001/RW.011
CILANDAK BARAT
JAKARTA SELATAN 12430
INDONESIE
T 00 62 21 765 41 10 / 41 08
F 00 62 21 751 28 40
apmignon@cbn.net.id

Monsieur Jean OURADOU
Membre du Conseil d’Administration Résidence Le Floreal
Avenue d’Anfa – 2ème Etage – Apt 15
20050 CASABLANCA
MAROC
T 00 212 22 20 50 74 / 27 05 08
F 00 212 22 36 44 46
j.ouradou@menara.ma

Madame Catherine RECHENMANN
Membre du Conseil d’Administration
01 BP 4557
ABIDJAN 01
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
T 00 225 20 21 18 62
F 00 225 22 44 06 30
c.rechenmann@assemblee-afe.fr

Madame Claudine SCHMID
Vice-Présidente
Feldblumenstrasse 10
8048 ZURICH
SUISSE
T 00 41 44 480 24 63
F 00 41 44 480 24 69
c.schmid@francaisdesuisse.ch

Monsieur Gérard SIGNORET
Membre du Conseil d’Administration
Felipe Angeles N° 24
Esplanada de la Fuentes
53950 NAUCALPAN DE JUAREZ
MEXICO
MEXIQUE
T 00 52 55 52 94 25 59
F 00 52 55 52 94 14 69
g.signoret@assemblee-afe.fr

Monsieur Antoine VALENZA
Membre du Conseil d’Administration
7, rue du 1er juin
MUTELLEVILLE
1082 TUNIS
TUNISIE
T 00 216 71 281 097
F 00 216 71 796 236
ufe@gnet.tn

Monsieur Jean Claude ZAMBELLI
Membre du Conseil d’Administration
1752 Las Gallinas Avenue
94903 SAN RAFAEL CA
ETATS UNIS D’AMERIQUE
T 00 1 415 479 08 61
F 00 1 415 492 01 67
jc@zambelli.org

INFORMATION UFE

Le Centre d’information et de documentation

Au siège de l’UFE à Paris, le Centre d’information constitue un lieu d’accueil, de renseignements, et de consultations sur Internet. Les Français qui partent pour l’étranger peuvent s’y procurer les dossiers-pays disponibles, les textes des conventions fiscales et de sécurité sociale et obtenir toutes précisions sur les points à ne pas oublier.
Le Centre accueille les Français qui rentrent en France. Il les renseigne sur les conditions de réinsertion et les oriente vers les représentations de l’UFE implantées à Paris et en province.    Pour les adhérents de l’UFE, le Centre peut  intervenir auprès des administrations pour faciliter leurs démarches. Il entretient pour cela des relations privilégiées avec un cabinet d’avocats, un conseiller en protection sociale, une institution bancaire et des organismes d’assurances complémentaires.

Les dossiers-pays

L’UFE édite des dossiers pays sur les conditions de vie des Français à l’étranger. Ils sont actualisés régulièrement par les responsables locaux de l’UFE. Tous les volets de l’expatriation sont abordés : santé, protection sociale, logement, scolarisation, coût de la vie, fiscalité, formalités administratives, principales clauses d’un contrat de travail… Ces dossiers constituent une source de renseignements précieuse.
Pour obtenir un dossier et la liste complète des pays, envoyez un e-mail au webmaster :
webmaster@ufe.asso.fr ou cliquez sur dossiers-pays.

ASSISTANCE UFE

L’UFE intervient auprès des pouvoirs publics, à l’étranger ou en France, pour toutes les questions d’ordre individuel ou général concernant notamment :

L’enseignement des jeunes français de l’étranger (écoles, bourses),
La protection sociale (retraites, accidents de travail, maladie),
La fiscalité,
La nationalité, le service national,
L’exercice du droit de vote, etc
L’UFE renseigne les expatriés sur la législation française qui leur est applicable. Elle participe aux travaux de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), organisme consultatif du Ministère des Affaires Etrangères. Elle est en liaison constante avec les sénateurs représentant les Français établis hors de France.

MISSION DE L’UFE

Une mission législative
Par l’action permanente qu’elle mène auprès des Pouvoir Publics, l’UFE a pour ambition de donner aux Français de l’étranger les mêmes droits qu’aux Français de France. Les expatriés d’aujourd’hui doivent à l’UFE de participer à toutes les élections françaises. Parmi de nombreuses conventions bilatérales, l’UFE a obtenu la signature par la France de 92 conventions fiscales et de 31 conventions de sécurité sociale.

Une mission sociale
L’UFE a permis des avancées importantes en matière de protection sociale, de retraite et d’entraide aux expatriés, par sa présence au sein des conseils d’administration de différents organismes sociaux tels que :

la Caisse des Français de l’Etranger (CFE),
le Comité d’Entraide aux Français Rapatriés (CEFR),
la Commission permanente pour la protection sociale des Français de l’étranger,
la Commission Nationale des Bourses.

PRESENCE DE L’UFE DANS LES INSTITUTIONS

L’UFE participe activement à la vie des institutions qui défendent les intérêts des Français de l’étranger. Grâce à ses Représentations dans le monde, l’UFE est en contact permanent avec le réseau des ambassades et des consulats. Dans la plupart des pays où elle est présente, l’ambassadeur de France est président d’honneur de l’UFE locale.    Douze sénateurs représentent les Français de l’étranger. Neuf sont membres de l’UFE. Elus par les délégués de l’AFE, ils discutent des projets de loi ou des amendements concernant les droits des expatriés.
Depuis 1946, l’UFE a permis aux Français de l’étranger d’être représentés au Sénat. On lui doit également la création du Conseil Supérieur des Français de l’Etranger (CSFE) en 1948 (devenu en 2004 l’Assemblée des Français de l’étranger, AFE).