Juil 08 2015

Réserve citoyenne à l’international : mes 3 amendements adoptés

logo-Reserve-CitoyenneA l’occasion de l’actualisation de la loi de programmation militaire, j’ai rappelé le potentiel important des réserves pour renforcer notre résilience et notre cohésion nationale, comme je l’avais déjà souligné dans une question d’actualité au gouvernement, juste après les attentats de janvier. Quelques progrès ont été réalisés depuis : comme je l’avais alors réclamé, les décrets d’application de la loi de 2011 sur les réserves sont enfin parus… près de 4 ans après le vote de la loi ! Le gouvernement est en général plus rapide à publier les décrets d’application des projets de loi dont il est à l’origine que des lois d’origine sénatoriales, comme c’est le cas avec celle de 2011, votée à la suite du rapport que j’avais corédigé avec Michel Boutant.

Si le développement des réserves n’a longtemps pas été une priorité politique, les choses ont changé depuis le 11 janvier. François Hollande a ainsi annoncé la « création d’une réserve citoyenne »… alors que la réserve citoyenne existe depuis 1999 ! Et Najat Vallaud-Belkacem a lancé une « réserve citoyenne de l’éducation nationale », sorte de label apposé sur des dispositifs préexistants. Cette utilisation dévoyée du terme de réserve citoyenne sème la confusion. Au contraire, c’est une meilleure articulation et une communication claire qui serait nécessaire pour recruter davantage de volontaires !

La loi de programmation militaire en appelle à un élargissement du recrutement des réservistes dans la société civile. J’ai donc défendu trois amendements visant à faciliter un tel recrutement parmi les Français de l’étranger, en lien avec le réseau diplomatique et consulaire. Tous trois ont été adoptés. Certains compatriotes, déjà très investis (les élus locaux, les chefs d’îlots,…) pourraient déjà être intégrés comme réservistes citoyens. Le recrutement pourrait aussi être élargi pour d’autres missions, notamment pour promouvoir la langue et les valeurs francophones, par exemple en tant que « lecteurs » dans des universités, ou en mettant des compétences spécifiques (notamment linguistiques, culturelles, informatiques ou techniques) au service des besoins de notre défense nationale.

Consulter mon intervention dans la discussion généraleVoir ma question d’actualité de janvier 2015
Mon intervention sur la réserve citoyenne lors de la convention Défense de l’UMP en 2013
Mon intervention lors du vote de la loi sur les réserves en 2011
Le rapport que j’ai corédigé avec Michel Boutant en 2010
Ma tribune dans Valeurs Actuelles en 2010